Témoignages des Anciens Élèves 2017-09-19T15:28:51+00:00

LES ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

A travers cette rubrique, nous allons vous présenter des profils de pilotes en formation ou en fonction qui vous feront partager leur expérience et leur parcours.

Vous pourrez également les contacter pour leur poser des questions et profiter de leur expérience pour mener à bien votre projet de formation et de carrière.

Il est important de vous renseigner sur le métier que vous souhaitez exercer. Nous vous en offrons la possibilité de faire via cette rubrique.

Essam Eldin ABDEL RAHMAN
Essam Eldin ABDEL RAHMANFirst Officer B737 - RYANAIR
Promotion 2015
Hugo SALA
Hugo SALAFirst Officer B737 - RYANAIR
Promotion 2017
Guillem JOSA
Guillem JOSACaptain A320 - EASYJET
Promotion 2009
Florent CAIRE
Florent CAIREFirst Officer B737 - RYANAIR
Promotion 2017
Lou LECLERC
Lou LECLERCFirst Officer A320 - WOW AIR
Promotion 2015
Typhaine TAHIR
Typhaine TAHIRFirst Officer A320 - WOW AIR
Promotion 2015
Etienne & Benoît
Etienne & BenoîtFlight Instructor - AEROPYRENEES
Promotion 2016 & 2017

STEVE MARTOL – FIRST OFFICER A320 – ASIE

Mon expérience à Aéropyrénées fait partie des meilleurs moments de ma vie.

De superbes rencontres, des instructeurs « cools », accessibles, et très pros. Une formation rigoureuse, de qualité, des délais respectés.

Formation ATPL Intégrée

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai un BAC STI option Électronique, un BTS en Informatique Industrielle. Par la suite, j’ai suivi en cours du soir une spécialisation en architecture réseau.

Comment est venue ton envie de t’orienter dans le domaine de l’aéronautique ?

Lors de mon choix d’orientation lorsque j’avais 16 ans, j’étais à la recherche d’un métier qui me ferait voyager sans routine, avec un salaire convenable.
A cette même époque, j’ai découvert le fameux jeu Flight Simulator, ce qui m’a alors incité à m’intéresser au métier de mon oncle.
Ce dernier, commandant de bord sur ATR72, m’a permis de passer une journée de vol dans le cockpit. Passé les 1000ft, ma décision était prise.

Pourquoi as-tu choisi Aéropyrénées, et qu’en as-tu retiré ?

Mes critères furent les suivants:

  • La flotte : je voulais être capable de passer mon IFR sur des avions sans glass cockpit. Pour moi, savoir calculer le vent en vol était plus intéressant que la simple information à l’écran.
  • Lieu Géographique : afin d’éviter des retards dus aux conditions météo.
  • Taille de la structure : je ne voulais pas être un numéro noyé parmi les autres. Je cherchais une proximité avec l’encadrement.

Qu’as-tu pensé de ta formation à Aéropyrénées (formateurs, cours, matériel …) ?

Mon expérience à AEP fait partie des meilleurs moments de ma vie.

De superbes rencontres, des instructeurs « cools », accessibles, et très pros. Une formation rigoureuse, de qualité, des délais respectés.

Quelles ont été tes débouchés à la suite de ta formation ?

Après AEP, comme beaucoup, j’ai essuyé des premiers retours négatifs lors de ma recherche d’emploi.

Je me suis rendu à l’évidence qu’il fallait donc se démarquer. De retour en Guadeloupe, je me suis déclaré comme auto entrepreneur. J’étais pilote professionnel en freelance et j’ai pu travailler avec des entreprises et des particuliers dans la région.

Cela m’a permis de faire monter mes heures (environ 300) et d’en dégager rémunération.

Un peu plus tard, j’ai passé une qualification sur A320.

Quels sont tes projets de pilote actuellement ?

Pour le moment, je ne compte pas changer. Je vole en Asie comme First Officer sur Airbus A320. Le réseau régional et international est très intéressant. J’acquière donc le maximum d’expérience et j’aviserai par la suite.

Quel conseil donnerais–tu à de jeunes pilotes qui souhaitent se lancer dans une carrière professionnelle ?

Mon conseil aux jeunes pilotes :

1 : Devenez bilingue vite !
2 : Soyez sérieux dès le début. Visez l’excellence. Des gens mettent leurs vies entre vos mains.

Pour beaucoup, ce parcours sera une expérience de vie. Patience et détermination sont les maitres mots.

Bonne chance a tous!

OLIVIER CHANE – AGENT D’OPÉRATIONS – AIR AUSTRAL

Vous voulez vous lancer ? Alors n’ayez pas peur de bouger, de quitter votre nid douillet et de parcourir le monde. Aujourd’hui, nous sommes dans la mondialisation et les licences européennes sont très bien reconnues à l’étranger.

Formation Modulaire

Quel est ton parcours scolaire ?

Hésitant encore à sauter le pas, mes parents m’inscrivirent pour mes 17 ans à l’aéroclub le plus proche. Ensuite, j’ai suivi un parcours scolaire assez classique : terminale S option maths.

Comment est venue ton envie de t’orienter dans l’aéronautique ?

Mon oncle adorait les avions et lorsque j’étais jeune, je voyais ses maquettes chez lui quand j’y allais (bon c’est vrai que j’en ai cassé une ou deux…). Cela a pris quand même un moment avant de faire *tilt*. Mon premier contact avec les avions était tout le contraire de maintenant : j’avais peur (surtout des gros comme le 747, si si !). Plus le temps passait, et plus cette peur se transformait en intrigue, curiosité : quelles sensations d’être là haut dans ces gros engins compliqués ?

Pourquoi as-tu choisi AéroPyrénées, qu’en retiens-tu ?

Disposant de licences Canadiennes, je souhaitais revenir en France et convertir ces dernières. Après quelques recherches et démarches de différents ATO, j’ai décidé de me tourner vers Aéropyrénées pour mes conversions de licence OACI. L’école a été parmi les moins chères, avec une grande disponibilité instructeur. Je pense que le climat du Sud a joué aussi dans mon choix.

Arrivé sur place, quel plaisir quand même de voir les « Pélicans », des A320 ou autres Dash-8 de la sécurité civile venir s’entrainer sur l’aéroport en tour de piste ! Il est vrai que Perpignan est connu pour être venteux, mais c’est là le challenge qui donne de la valeur à la formation !

Tu es actuellement Agent d’opération aérienne en compagnie aérienne, peux-tu nous parler de ton métier ?

Aujourd’hui, je suis en poste en qualité d’agent d’opérations chez AIR AUSTRAL. Je prépare ainsi pour la compagnie les dossiers de vol : NOTAMS, météo, plan de vol, respect de la réglementation, vérification de l’état de l’avion, …

Mais il s’agit aussi de gérer le bon déroulement des opérations : retards, slots, pannes etc… les horaires sont en décalé, 24/7.

Quels sont tes projets de pilote actuellement ?

Maintenant la question importante : après le CPL-IR/ME, quelle est l’autre étape ? Après plusieurs réflexions, j’ai décidé de me lancer dans une QT avec MCC. J’ai opté pour l’ATR chez ETOPS Aviation : à mon avis, il y a plus de chances de se faire embaucher en tant que low timer avec une QT sèche sur turboprop que sur un avion de type réacteur.

Quel conseil peux-tu donner à de jeunes pilotes qui souhaitent se lancer dans une carrière professionnelle ?

Vous voulez vous lancer ? Alors n’ayez pas peur de bouger, de quitter votre nid douillet et de parcourir le monde. Aujourd’hui, nous sommes dans la mondialisation et les licences européennes sont très bien reconnues à l’étranger. Ne lâchez surtout pas prise et surtout soyez patient !

ADRIEN – PILOTE BEECHCRAFT 200 – CENTRE AFRIQUE

Une formation de très bonne qualité tant au niveau théorique que pratique, une réelle attention portée sur mon travail, dans un cadre incroyable !

Formation ATPL Intégrée + QT

Quel est ton parcours scolaire ?

BAC technique, BTS dans les énergies nouvelles & licence en Tech de Co. J’ai ensuite réalisé une reconversion professionnelle avec la vraie volonté de devenir Pilote à 27 ans, après avoir créé ma propre société et avoir obtenu les ressources nécessaires au financement de ma formation. « Mieux vaut avoir des remords que des regrets », j’ai alors franchi le pas !

Comment est venue cette envie de t’orienter dans l’aéronautique ?

Depuis tout jeune et surtout après avoir effectué des vols d’initiations. Ce qui m’a permis de passer mon PPL.

Être dans un environnement en 3 dimensions, les voyages avec mes parents et la passion des échanges interculturels.

Quel est ton parcours aéronautique ?

J’ai suivi une formation intégrée chez Aéropyrénées de 2010 à 2012 sur le site de Perpignan, suivie d’une QT 90/200 toujours chez Aéropyrénées qui m’a permis de postuler en Afrique.

Une formation de très bonne qualité tant au niveau théorique que pratique. Une réelle attention portée sur mon travail, dans un cadre incroyable (Planche à voile à Leucate & St Cyp, Ski aux Angles l’hiver et beachvolley sur la plage de Canet).

Cette période représente les plus belles années de ma vie ! J’ai pu associer le plaisir des loisirs en plein air, les sports de sensation tout en suivant ma formation aéronautique avec toute la rigueur requise.

Équipe pédagogique de haut niveau, respect des délais. J’entretiens encore de très bonnes relations avec mes instructeurs. De très bons souvenirs avec l’ensemble de mes camarades de promo que je profite pour l’occasion de saluer !

Et après, que s’est-il passé ?

Après mon ATPL intégré, j’ai cherché du travail un peu partout (Asie, Europe, Afrique). Cependant, beaucoup de compagnies demandaient des heures sur machine et une certaine expérience du travail aérien. Un jour, l’un des employeurs potentiels m’a conseillé de passer une QT sur Beechcraft 90/100/200 pour appuyer ma candidature mais sans garantie. Que faire ?

Ma famille m’a soutenu et conseillé de tenter ma chance ! J’ai donc suivi leurs conseils et effectué une QT Beech 90/100/200 en compagnie de mon instructeur Xavier. Tout s’était bien passé : pourquoi ne pas continuer ? Sur la QT aussi, bon positionnement tarifaire, réactivité impressionnante & formation au top !

Et après ?

Une fois ma QT finie, j’ai appris l’existence d’une autre compagnie pour laquelle je n’avais pas postulé. Elle cherchait des pilotes à 200 heures pour être formés tels un diamant brut dans la société. Avec une QT et les heures d’un ATPL Intégré, cela tombait bien. Le déroulé ? Envoi du CV, contacté 2 heures après, 15 min d’entretien téléphonique et rendez-vous pris à Paris pour l’intégration compagnie. Petite formation de quelques semaines à Paris.

Depuis l’AEL (adaptation en ligne), je suis en poste en tant que copilote. Mes missions sont assez variées : VIP, Évacuation Sanitaire, FRET , Charter & transport de troupes.

Quels sont les avantages et inconvénients de ton métier ?

Les difficultés familiales, être loin des ses amis et être toujours dans l’instabilité. Devoir recréer systématiquement de nouveaux liens sociaux, amicaux dans les environnement fréquentés.

Les avantages sont nombreux. Découvertes des nouveaux milieux, échanges socioculturels, nouvelles rencontres, nouvelles langues. C’est un métier de passion ! Voler tous les jours, me lever le matin en étant content de ce qui m’attend ! Comme dirait Confucius : « Choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie »

Vivre ses rêves !

Quel conseil peux-tu donner à de jeunes pilotes qui souhaitent se lancer dans une carrière professionnelle ?

Il vous faut bien mûrir le projet. Si vous avez travaillé avant, les futurs employeurs des compagnies pourront l’apprécier. Un bac à connotation scientifique et technique est un réel plus. Pensez à votre plan de carrière en attendant votre place dans un cockpit (instruction, aviation d’affaires…).

Si c’est vraiment ce métier qui vous plaît : FONCEZ !

STÉPHANE – PILOTE SDIS – FRANCE

Ancien pilote de chasse reconverti en pompier volontaire et expert aéronautique au sein de la cellule HORUS du SDIS 30

Formation Modulaire

Quels sont les principales missions des unités aéronautiques du SDIS ?

Reconnaissance et investigation sont les principaux objectifs de ces unités qui se traduisent par des missions telles que : Détection de fumée, visualisation d’une zone de feu, recherche sur site isolé, patrouille en cas d’intempérie, guidage des colonnes de pompiers au sol, photographie aérienne, mise à jour hors saisons des sites particuliers, photo de feu pour enquête gendarmerie et spécialiste incendie, ravitaillement en médicaments des zones locales isolées et transport de personnalités du corps.

Comment devient-on pilote chez les pompiers ?

Il faut tout d’abord être sapeur pompier volontaire ou professionnel et avoir une formation solide en pilotage (PPL ou CPL). Les opportunités sont souvent issues d’un développement en interne. Pour ma part, je suis un cas rare, car j’ai pu intégrer le SDIS après une carrière militaire. Nous étions vraiment sur la même longueur d’onde pour ce qui concerne ma formation, mes compétences et mes qualités opérationnelles. Nous étions donc très proches.

Quels sont tes projets aéronautiques avec les pompiers ?

Tout d’abord, valider mes licences militaires IR (Instrument Rating) afin d’aller plus loin dans les possibilités opérationnelles avec le SDIS et continuer à explorer les possibilités de soutien afin que l’avion puisse participer au maximum de missions et contribuer à leur réussite.

Merci à Stéphane qui se démarque autant par ses compétences que par ses qualités humaines ! Merci aux pilotes de l’ombre du SDIS qui assurent notre sécurité et participent activement à toutes ces opérations de secours. Clin d’œil aux pilotes du SDIS 66 bien sûr !