A l’occasion de la journée de la femme, voici un portrait de certaines d’entre elles qui ont choisi de se consacrer au métier de l’aéronautique.

Ghislaine BARRERE Présidente Directeur Générale d’AéroPyrénées :

Au cœur de la formation pilote depuis plus de 30 ans, Ghislaine BARRERE est aujourd’hui un nom connu et reconnu dans le secteur aéronautique.
Etre une femme dirigeante est difficile mais être une femme dirigeante dans l’aéronautique est encore plus compliqué.

A sa prise de fonction à la direction d’AéroPyrénées, Ghislaine BARRERE était la seule femme. Aujourd’hui l’effectif compte 5 femmes en contrat permanent sur Perpignan. « J’ai toujours estimé que la mixité dans l’entreprise est un facteur dynamique important de l’entreprise et pour les relations de travail. »

Ghislaine BARRERE a commencé chez AéroPyrénées en tant qu’employé. Grâce à ses compétences, sa passion de l’aéronautique et à une motivation sans faille, elle est devenue PDG.

Aujourd’hui, cela fait plus de 30 ans qu’elle œuvre dans la formation de pilote dont 15 ans en tant que directrice. Son objectif est d’amener tous les élèves vers la réussite dans leur projet de carrière. « Aujourd’hui ce qui me motive et me ravie, c’est de voir nos pilotes trouver un 1er emploi très rapidement dans de bien meilleures conditions que les années précédentes. Et un de nos anciens slogans qui était : « Il suffit de lever la tête pour voir ce que sont devenus nos élèves »

Typhaine Pilote instructrice chez AéroPyrénées :

Je m’appelle Typhaine, j’ai 25 ans, et je suis instructrice à l’école AéroPyrénées à Perpignan.
Être un pilote c’est un pari risqué. Les débouchés en sortie de formation sont nombreux, seulement si l’on est prêt à partir, chercher du travail « ailleurs », que ce soit en tant qu’instructeur dans un petit aéroclub, faire du travail aérien ou de s’exporter à l’étranger.
Être une femme pilote c’est encore plus difficile. Nous ne sommes que 8% en France et ce chiffre ne semble pas bouger. Les femmes pilotes sont encore rares dans les airs. Il faut se montrer forte, travailleuse, être plus rigoureuse que les hommes, meilleure. Je suis membre de l’Association des Femmes Française Pilotes, et je trouve qu’il est important de faire découvrir aux jeunes filles les métiers de l’aérien, et que pourquoi pas, une carrière de pilote est possible et accessible.
Je suis en train de faire des démarches pour participer en tant que pilote au raid aérien Rêves de Gosse, organisé par l’association Les Chevaliers du ciel, qui a pour but de faire découvrir le monde de l’aéronautique à des enfants handicapés ou non, en les emmenant en avion, faire leur premier baptême de l’air et survoler leur région. Mettre ma  passion au service de ces enfants est pour moi une grande joie et ils me le rendent énormément. J’espère vivre une aventure humaine formidable, j’ai hâte d’y participer.
Les frontières ne sont que sur les cartes ! Quand je survole les Pyrénées, rien au sol ne peut différencier la France de l’Espagne.

Marie Mécanicienne avion :

Marie a 20 ans et c’est une des mécaniciennes avion travaillant à l’atelier d’Aéropyrénées. Ce goût de la mécanique date de ses 11 ans : « Lorsque mon père a acheté une moto, nous l’avons remonté ensemble c’est alors que je me suis rendue compte de ma passion pour réparer les objets en tout genre et leur donner une seconde vie.»
La passion de l’aéronautique lui vient de son stage de 3ème. Elle a décidé de le faire à l’aéroclub d’Angoulême et cela lui a permis une première expérience dans un atelier de maintenance aéronautique.
Suite à ça, elle y est régulièrement retournée en tant que bénévole pendant 2 ans en parallèle d’un baccalauréat professionnel en mécanique aéronautique associé à une mention complémentaire avion turbine. Durant sa formation, elle a réalisé plusieurs stages notamment à Brive-la-Gaillarde sur hélicoptères, à l’ENAC à Castelnaudary ou encore chez Air Alizée en Nouvelle Calédonie. Suite à cela elle a obtenu sa licence hélico turbine et la mention avionique (B2).
Depuis Juillet 2016, AéroPyrénées compte Marie comme mécanicienne. Marie a débuté sa carrière parmi nous en tant que mécanicienne le 25 Juillet 2016 en CDI.
Bien qu’adorée de tous, elle n’hésite pas à garder ses distances quand il le faut, ce qui lui a permis de marquer sa place. Pour elle, cette expérience est très enrichissante, elle se dit épanouie dans l’équipe et dans son quotidien car c’est aussi une occasion de marquer la place d’une femme dans un milieu encore trop masculin.